Employee advocacy : la méthode pour augmenter de 500% la visibilité de votre entreprise

Le titre de mon article est volontairement accrocheur, mais véridique ! Il existe bel et bien une méthode pour augmenter de manière significative la visibilité de votre entreprise. Comble de la technique, elle présente également d’autres impacts positifs ! Je ne vais pas tourner autour du pot, la méthode est la suivante : Utiliser vos collaborateurs comme des ambassadeurs, à l’aide des bons logiciels d’ « employee advocacy ».

Prenons un exemple simple : Une entreprise de taille moyenne, de 10 salariés, et possédant une communauté de 2000 personnes sur les réseaux sociaux. Nous savons que chaque salarié possède en moyenne 200 contacts sur chaque réseau social (Facebook/Twitter/Linkedin). Cela peut parfois monter plus haut, pour les commerciaux  ou les dirigeants par exemple, qui vont avoir sur un réseau comme Linkedin une communauté de plus de 1000 personnes. Pour l’ensemble de nos 10 salariés, disons donc un total 5000 contacts. Cela représente donc plus de 2 fois le total de l’entreprise, qui n’en a que 2000.

L’entreprise passe du temps (et de l’argent) pour créer des contenus et se rendre visible sur les réseaux. Ce contenu est valorisé auprès de son audience, mais cela s’arrête la. Les collaborateurs de cette même entreprise peuvent être pro-actif et relayer les informations, mais cela reste malheureusement encore assez rare, souvent par manque de temps. Imaginez donc un peu si chaque contenu de l’entreprise pouvait être relayé de manière automatique et qualitative sur les profils des collaborateurs ? Plusieurs bénéfices apparaîtraient alors :

  • Augmentation de la visibilité du contenu : 7000 personnes touchées au lieu de 2000 
  • Augmentation de la viralité du contenu : Ce ne sont pas 7000 personnes en réalités qui vont être touchées, mais beaucoup plus, puisque ces relais vont générer retweets et partages divers.
  • Elargissement de la communauté de l’entreprise : Les contacts des collaborateurs ne sont peut être pas des personnes connues de l’entreprise (réseau personnel, anciens employeurs, partenaires, ….)

Ainsi que des effets de bord positifs :

  • Augmentation du sentiment d’appartenance à la société
  • Amélioration de l’image employeur, bien connue des RH

Evidemment, cette technique repose sur certaines règles de bonnes pratiques, qui doivent être prise en compte lors de son déploiement :

  • Les collaborateurs n’accepterons pas de relayer automatiquement des contenus qui vont à l’encontre de la ligne éditoriale qu’ils ont l’habitude de tenir. Il faudra donc travailler en amont avec eux, pour assurer l’efficacité de la stratégie
  • La collaborateurs n’accepterons pas de relayer des contenus de mauvaise qualité
  • Les collaborateurs doivent être avertis en amont du type de contenu qui sera relayé, et de leur fréquence
  • Une charte de bonnes pratiques pourra être rédigée en interne, et des formations pourront être faites dans l’entreprise, pour éduquer les plus néophytes à l’utilisation des réseaux sociaux

Pour palier à ces différents points, il vous faut utiliser une solution assez flexible pour pourvoir déterminer automatiquement quel contenu intéressera quel collaborateur, et à quelle fréquence. L’outil Sociallymap est par exemple capable de cela, en plus de permettre, si besoin, au collaborateur de garder la main manuellement sur les contenus qui seront diffusés sur son compte. Ci-dessous un aperçu de l’outil en question :

employee advocacy mapping

L’utilisateur peut, s’il le souhaite, rester maître de ses publications grâce à un outil de modération, ou alors automatiser l’intégralité des contenus.

                           modération ambassadeur              modération interface smartphone

Afin que votre programme d’employee advocacy soit encore plus efficace, vous pouvez également proposer une veille thématique à vos différents collaborateurs, selon les affinités et spécialités de chacun, afin de leur apporter une véritable valeur ajoutée. Les contenus corporate se fonderont alors dans le flux global, pour encore plus d’efficacité. L’entreprise est gagnante, le collaborateur aussi, qui voit ses profils actifs et génère de l’engagement, travaillant au passage son image personnelle (et donc sa crédibilité, son influence…).

N’hésitez pas à me contacter pour échanger sur ces sujets !

A très vite,

Vous aimerez peut-être :

Lire les articles précédents :
florent
Non, un graphiste print n’est pas web-designer !

En tant que responsable d'agence, il fallait que ce soit dit : un graphiste (au sens "print") n'est pas un...

cadeau
Pour trouver des clients, soyez généreux !

Vous souhaitez imprimer l'article ? Le lire au format PDF ?   Télécharger l'article   Ou plutôt, ne soyez pas...

Fermer